DoctolibPrendre rendez-vous en ligne

Les infirmières souffrent. Je les soutiens.

14 septembre 2016
Pas de commentaire

Les médias parlent en ce moment de la souffrance des infirmières au décours d’une information particulièrement dramatique…

Je confirme, je soutiens : Les infirmières souffrent.

Notre rapport aux infirmières se construit à l’Hôpital, lors de nos premiers stages. Le rapport hiérarchique évolue alors progressivement du stage infirmier à l’externe puis à l’interne et au médecin dit « sénior »;

Le rapport médecin infirmière n’est pas simple et ne va pas de soi… la encore nous souffrons de n’avoir jamais eu de réflexions à construire ou de formation pendant notre cursus.Tout dépend alors de rencontres belles ou pas…

L’infirmière ne dépend pas hiérarchiquement du médecin mais d’une cadre ou surveillante.

En résumé je peux dire que nous souffrons tous de préoccupations professionnelles différentes parfois très différentes pourtant au chevet du mème patient. Pour illustrer ce propos rien de tel que la « tension » qui génère une énergie infirmière importante avec des inquiétudes et des sollicitations multiples parfaitement pas en phase avec l’état clinique du patient, mais c’est ainsi on demande aux infirmières de contrôler la tension sans cesse alors il faut qu’on surveille et qu’on réagisse a ses moindres variations qui pourtant dans 99 % n’a aucune relevance clinique.

Oui, les infirmières souffrent comme nous de notre incompréhension mutuelle souvent entretenue par des formateurs obscurs. Oui, les infirmières souffrent comme nous d’un dictat informatique et administratif de plus en plus oppressant qui nous donne souvent l’impression de « soigner des dossiers » plus que des patients. Oui, les infirmières subissent les exigences d’un système de santé en manque de moyens humains ou on privilégie la technologie aux dépens du soin.

Les personnes fragilisées par la vie ont très souvent des besoins infirmiers et soignants simples pour les aider et les accompagner dans le moindre geste de la vie de tous les jours… Ce qu on appelle « les toilettes » sont probablement lorsqu’elles sont faites avec bienveillance un des beaux, efficaces, importants soins de notre époque aussi fragile que beaucoup de patients traités, elles sont néanmoins extrêmement peu valorisées comme geste professionnel demandant aux personnels abnégation pour les réaliser dans un minimum de conditions correctes .

Le drame qui a mis en évidence ces souffrance infirmière est fort loin de ces considérations, mais j’espère que le débat qu’il aura fait naitre permettra des progrès nécessaires à la condition de l’ensemble des personnels soignants.

Please follow and like us:

A VOUS DE JOUER !

Leave a reply:

Votre email ne sera pas publié.