DoctolibPrendre rendez-vous en ligne

La médecine interne et la cancérologie « en ville »

Les cabinets de ville en médecine interne sont rares mais se développent. La cancérologie, elle, est plus présente en ville.

La médecine de ville et la médecine hospitalière sont naturellement différentes.

Pour ma part, ayant travaillé dans de nombreuses structures et pendant longtemps avant de débuter une médecine libérale, je crois pouvoir donner un point de vue circonstancié.

En 2016, la médecine des pays occidentaux ne peut que se concevoir au sein d’un système de santé complexe et polymorphe. Le système de santé Français a bien évidemment ses particularités. La médecine hospitalière qui évolue sans cesse est issue d’un système extrêmement hiérarchise avec des médecins aux rôles distribués selon la toute puissance administrative qui n’a désormais plus qu’à négocier avec le pouvoir médical ou plutôt quelques un de ses représentants. Les médecins hospitaliers sont assimilés à des fonctionnaires.

Le médecin de ville est, quant à lui, son propre patron. Ceci aboutit en pratique a des différences dans la prise en charge des patients dans une médecine qui pourtant, en France, est très codifiée au niveau national. Ces différences sont plutôt d’ordre de l’organisation de la prise en charge, c’est-à-dire dans la forme des soins plutôt que dans le fond.

Le médecin de ville est le médecin hospitalier ont comme point commun la nécessité de travailler en équipe. Et, en tant que médecin de ville, je suis reconnaissant a mes correspondants hospitaliers au CHU, à Lacassagne et à Monaco auxquels je fais appel quasi quotidiennement, soit pour des cas difficiles, soit pour des prises en charge synergique.

Mais pour conclure je dirais que la médecine de ville est plus stimulants notamment dans la proximité et la relation de confiance des patients.

Please follow and like us:

A VOUS DE JOUER !

Leave a reply:

Votre email ne sera pas publié.